Créer mon blog M'identifier

Par la fenêtre

Le 20 janvier 2018, 17:36 dans Humeurs 0

Ils étaient assis, là, chacun sur leur fauteuil, chacun dans leur journal, ils avaient pris place dans le salon de lecture que personne d'autre ne côtoie. Ils se parlaient à peine, n'echangeaient que quelques banalités d'usage, innocemment, inconsequemment. 

J'entrai, sans doute à sa recherche, et je m'arrêtai sur ce tableau qui me sembla parfait. Elle agrégée, posée, cultivée, érudite, lui assoiffé de savoir et de connaissances. Le couple idéal, les esprits unifiés. Que faisaient-ils? Rien. Qu'esperait-il? Rien. Et pourtant, mon cœur en un instant se serra, mon pouls s'accéléra, mon esprit se crispa. Je ne parvenais pas à accepter l'échange que cette autre m'adressait, les mots qu'elles me destinait se heurtaient à ma tristesse, cette angoisse lancinante de l'avoir perdu.

Je ne pouvais déplacer mon regard, ne pouvais me concentrant sur ces lettres qui me faisaient face, ces deux-là devenaient mon pire cauchemar, la certitude qu'il la désirait elle, qu'il ne m'aimait plus.

Je quittai les lieux avec fracas, dans l'attente de son retour à côté de moi. Et j'attendis. J'attendis qu'il me rejoignît, je comptai les secondes avant son retour.

Il n'aura fallu quelques minutes, preuve de son attention mais ce fut des minutes terribles, douloureuses, avilissantes: j'avais fait l'expérience de la jalousie !!!

 

 

2018, une année possible ?

Le 17 janvier 2018, 19:33 dans Humeurs 0

2017 et ma première année sans lui, première anniversaire à ne pas lui souhaiter, premier anniversaire tellement triste à penser.

2017: fin de l'histoire avec lui. Fin des pleurs, des cris, des craintes, fin de l'humiliation contrainte.

2017: ses bras qui m'enserrent pour la première fois.

2018: qu'il est difficile de vivre sans toi. Qu'il est agréable de t'aimer toi. Mais qu'il est compliqué d'oublier tout ce passé là, d'exister pour soi.

TOI

Le 23 novembre 2017, 21:18 dans Humeurs 0

Il y a cette certitude : tu me fais du bien. N'en doute pas. Tellement de bien et cela, peut être, rend le train train quotidien un peu terne. 

Il y a mes mots incertains, incompris.
Il y a ces moments partagés avec toi et mes enfants, moments qui me font du bien. Comme un univers qui se complète même si ce n'est pour chacun toujours facile.
Il y a ces moments suspendus, incongrus, toi écrivant moi corrigeant comme un possible, une étendue. Ces notes écoutées, assoupis, enlacés dans ton appartement qui me va si bien. 
Il y a ces rêves d'avenir, de petits riens. Ces heures que j'aimerais encore et encore passer avec toi. Simples. Sereines. Ces visites. Ces voyages peut-être. Et ce concert demain. 
Il y a ces gens dont tu parles si bien. Ces lieux qu'un jour j'aimerais connaître. Tout ce qui fait aujourd'hui que tu es toi. Ce célibataire assumé. Imparfait peut être. Étonnant sûrement. Celui que j'aime assurément.
Il y a cette douceur, tendresse irremplaçable, cachée parfois derrière ta rigueur plus glaciale. Admirable composition, autorégulation.
Il y a les premiers souvenirs, les premiers partages. Les tours de pédale, les plats cuisinés, les promenades serrés et même l'Intermarché !
 
Il y a ces moments délicieusement ou douloureusement frustrants où tu deviens collègue, ces regards entendus, ces gestes défendus.
Il y a toutes ces phrases lues, ces moments partagés autour de ces écrits, ces ouvertures vers un monde enchanté. Tout ce que je ne sais pas, que j'oublierai sûrement mais que j'aime écouter expliqué par toi qui rends tout attirant. Il y a cette voix qui monte dans les aigus quand l'agacement t'anime, ces gestes féminins que dessinent tes mains.
Il y a tes bras qui m'enserrent, tes yeux qui se ferment tes lèvres sur les miennes. Ton corps que j'enlace, qu'avidement j'embrasse et parfois embrase. Il y a cette main qui martèle quand le plaisir s'en mêle. 
Il y a la fierté d'être tienne, l'espoir parfois de te rendre heureux quand ce sourire discret, cette lueur fugace de te savoir aimé éclaire tes yeux bleus.
Il y a tout ce qui pourra être et qui n'a pas encore été.

Voir la suite ≫