Dans mon métier on a tendance à me considérer comme compétente, à savoir y faire, à me reconnaître comme étant efficace. Les apparences sont convaincantes, les critères qui affirment la réussite validée. Par conséquent, dans mon métier, je ne peux pas me plaindre.

Et pourtant, tout en moi hurle à la supercherie, dénonce une usurpation. On m'est favorable mais moi, je sais que tout cela n'est pas vrai. Moi je sais que je n'y arrive pas, que j'ai besoin d'aide. 

Malheureusement, parce que les apparences sont favorables, personne ne m'écoute, personne ne me croit. Et le malaise résiste.

Il n'est dans mon intention de me dénigrer, de nier toute compétences mais il me manque l'élément le plus important : le savoir, la culture!

Depuis ma tendre enfance, je vis dans un monde sans livre, sans culture, sans vocabulaire. Seule l'école m'offre une source délectable. Mais, un apprentissage trop facile, une paresse nuisible m'ont amenée vers une scolarité futile, oisive.

Aujourd'hui, je me rends compte que mes lacunes sont abyssales et elles entravent ma réussite, mon poste. Je souffre réellement de ce handicap. Je souffre réellement de ce jeu truqué. Je hais la place que j'occupe tant elle me semble injustifiée. 

Dans mon métier tout pourrait être parfait mais c'est juste une illusion... désabusé.