Tout doucement, à pas de loup, sans crier gare le doute s'est immiscé. Je le pensais un ennemi lointain, je le croyais aujourd'hui sans retour possible mais, aujourd'hui, ne reste que le constat amer de sa présence, de son impossible décès.

Le doute, pas le doute cartésien qui permet d'éclairer, mais le doute nauséabond qui clôt l'horizon, qui te cloue au sol, qui t'oblige à revivre tout avec son prisme déformant. Tu le connais, tu en maîtrises toutes les ficelles et pourtant tu te laisses avoir, tu finis par ne plus pouvoir faire confiance, agir, espérer. Le doute 1 - l'avenir 0.